Nouvelle hospitalisation – semaine 2

La seconde semaine de dynamisation dans le cadre d’une sclérose en plaques version 2021 est terminée (disons plutôt la première semaine pleine). De façon globale le bilan est positif, je vous en parle plus précisément dans les quelques lignes ci-dessous.

Sur un plan émotionnel

J’ai pas mal pleuré pour un rien (plutôt des larmes incontrôlées), j’ai même eu un coup de mou en milieu de semaine. J’en conclus que c’est une partie des émotions précédemment évoquée et enfouie qui commence à faire surface et à sortir. Je savais que ce moment allait arriver, je ne le redoutais pas, j’étais même impatient que ça arrive. Le plus surprenant c’est que ces moments arrivent peu importe le rôle du praticien (ergo, kiné, neuropsy… ils ont tous droit à une version du chevelu pleurnicheur 🙂 )

Je sens que les choses se dénouent petit à petit et c’est cool. Ce n’est pas forcément simple à vivre et à gérer pourtant c’est à mon sens, une très bonne chose

Emotion : 0, Sepamoi :1

Sur le quotidien et sur un plan social

Malgré un lit très inconfortable, les nuits sont plutôt bonnes et même meilleures que lors des précédents séjours (merci le CBD). On peut même dire qu’elles sont réparatrices et c’est important pour la suite.
Malheureusement à cause des règles sanitaires les repas se prennent en chambre alors qu’habituellement c’est en salle commune, ce qui ne favorise pas les liens sociaux, mais je me rattrape avec le personnel J.
Avoir des sanitaires PMR, c’est quand même super confortable.
Je sors dans le jardin prendre l’air (même s’il fait très très chaud…).

J’ai eu le droit de passer la fête des pères à la maison et je suis allé sur ma terrasse, alors que ces derniers temps je trouvais toujours une raison pour ne pas y aller. Donc l’envie de prendre l’air revient (ou plutôt l’enfermement est moins présent)

Qotidien, Social : 0, Sepamoi :1

Sur un plan moteur

Les séances de kiné sont positives, mon kiné a été formé à la pathologie de la sclérose en plaques et on sent bien qu’il sait de quoi il parle. Il a très vite compris que seul chez moi, je ne fais pas grand-chose, nous cherchons ensemble des moyens de combattre cette difficulté. Mais qu’ici, il est quelquefois judicieux de me « freiner » pour ne pas risquer un épuisement contreproductif.
Ce qui ne m’empêche pas de travailler plus que d’habitude : J’ai fait de la presse et découvert un super appareil : le MOTOmed 

Il s’agit d’un appareil ressemblant à un vélo mais en restant dans mon fauteuil. Il y a même une assistance électrique, donc les jambes tournent avec une résistance non violente comme les vélos d’appartement

Motomed

Bilan moteur : 0, Sepamoi :1

En conclusion

On voit vite que les voyants sont verts, c’est positif et surtout vous avez dû constater que mes écrits montrent une forme de mieux être surtout émotionnellement (parce que physiquement, je vous promets que j’en ch*** pas mal 🙂 )

Voilà une semaine qui se termine avec un bilan positif qui laisse présager que du bon pour la semaine prochaine. Et juste avant les vacances c’est TOP.

Rendez-vous la semaine prochaine 😉

Abonne-toi pour recevoir les articles

A propos de l'auteur

Jean-Noël ODIN

Jean-Noël ODIN

Sépien depuis 2011, je vous partage mon histoire chamboulé par l'annonce d'un diagnostique qui a donné naissance à un nouveau moi.
Ma Sep à moi ou comment la Sep a modifier ma vie.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

4 commentaires

Laisser un commentaire